anti-épileptiques (anti-convulsivants)

Les antiépileptiques : Les médicaments utilisés pour traiter l’épilepsie (la diphénylhydantoïne, le phénobarbital, la carbamazépine, l’acide valproïque, etc.) ont souvent des effets secondaires gênants. Ils diminuent notamment l’excitation et provoquent ainsi des troubles érectiles chez l’homme.

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

analgésiques opiacés ou opioïdes

La dysfonction sexuelle a été rapportée comme un effet indésirable des opiacés
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Propercia, proscar (finastéride)

Effets secondaires : impuissance, baisse de la libido, dysfonction érectile, cancer de la prostate, dépression, suicide…
effets secondaires
PROPECIAHELP effets secondaires info & forum
propecia
Parmi ceux qui souffrent de ces effets, on ne sait pas combien seront impuissants à vie
La FDA annonce dans un communiqué (ICI) le changement des mentions légales des inhibiteurs de la 5 alpha reductase incluant Proscar et Avodart (finasteride et dutasteride).
Ces mentions légales avertissent désormais du risque accru qu’un cancer de la prostate de haut grade soit diagnostiqué sous ces traitements.
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

benzodiazépines et somnifères

Impuissance
– les anxiolytiques, surtout les benzodiazépines à forte dose
benzodiazépines
Une drogue pire que l’héroïne
les bons conseils pour le sevrage lent des benzodiazépines
 
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

bêta-bloquants et antihypertenseurs

vertiges, faiblesse, problèmes de respiration, insomnie, nausées, crampes abdominales, la perte de la libido et la dépression, cholestérol, diabète
Un des effets secondaires des bêta-bloquant qui est le plus pénible pour les hommes est la dysfonction érectile ou impuissance. Risque accru de développer un diabète de type 2
les antihypertenseurs, en particulier les bêta-bloquants et les diurétiques
Presque toutes les classes d’antihypertenseurs entraînent des troubles de l’érection. C’est le cas des bêtabloquants, mais aussi des diurétiques (qui augmentent l’excrétion d’urine), comme par exemple le Lasilix® (furosémide)
Danger et escroquerie
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

antidépresseurs et dysfonctionnements sexuels momentanés ou permanents

Mon “anti”-terme préféré pour les antidépresseurs serait “antisexe” dans la mesure où leur effet principal est de ruiner la vie sexuelle des gens. Comme d’autres médicaments psychiatriques comme les médicaments contre les TDAH ou les antipsychotiques peuvent également altérer la vie sexuelle des gens, nous pourrions appeler l’ensemble de ces médicaments des antisexes ou des antivies car ils empêchent les gens d’avoir une vie complète.
descriptif scientifique et references scientifiques sur le PSSD
L’AFFSAPS vient d’autoriser les prescriptions de Prozac aux enfants à partir de 8 ans. Etrangement, c’est elle-même qui décrit les effets ravageurs de ce médicament dangereux, tant sur les tendances suicidaires de nos enfants que sur le développement
Un des effets secondaires les plus répandus du groupe de SSRI d’antidépresseur est un dysfonctionnement sexuel, qui affecte presque tout le monde qui prend ces drogues
Il a été prouvé que la Paroxétine et d’autres ISRS ont des effets indésirables au niveau sexuel chez la plupart des patients, hommes et femmes[13]. Bien qu’habituellement réversibles, ces effets secondaires durent parfois des mois, des années ou définitive
Les psy-chotropes, spécialement les anti-dépresseurs et les neuroleptiques, ainsi que les antihypertenseurs, en particulier les bêta-bloquants et les diurétiques, sont les plus souvent incriminés
Différentes études laissent entendre que de 30 à 70 % des patientes prenant des ISRS vivent une dysfonction sexuelle associée aux antidépresseurs et que cela représente un facteur majeur de non-respect du traitement
Les dysfonctions sexuelles peuvent être secondaires à un trouble organique, psychique et/ou médicamenteux. Les psy-chotropes, spécialement les anti-dépresseurs et les neuroleptiques, ainsi que les antihypertenseurs, en particulier les bêta-bloquants
Les effets secondaires sexuels des inhibiteurs sélectifs de Reuptake de sérotonine (ISRS) ne s’arretent pas après avoir stoppé, et peuvent durer un à long terme après la cessation. Cette condition s’appelle parfois Post SSRI le dysfonctionnement
Les effets secondaires sexuels de quelques types de médicaments tels que les antidépresseurs ISRS, les stabilisateurs d’humeur, les contraceptifs oraux, le Propecia, les beta-bloquant etc. ne s’arretent pas après avoir stoppé, et peuvent durer
sexual dysfunction (Pub med)
Dr. Peter Schlegel de la Cornell Medical Center de New York, avec un collègue, a récemment traité deux hommes de l’infertilité et ‘on trouve que lorsque les patients avaient cessé de prendre leur prescription d’antidépresseurs – IRS

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

neuroleptiques et neuroleptiques cachés

Un effet secondaire possible est la dyskinésie tardive, un type de mouvement répétitif du patient ne peut pas contrôler. d’autres effets secondaires des neuroleptiques comprennent la dysfonction sexuelle ou de la perte de la libido, prise de poids, une agranulocytose dysfonctionnement du système immunitaire appelé, induite par le médicament et la psychose dysphrenia tardive, dans laquelle un médicament neuroleptique aggrave l’état du patient. les neuroleptiques peuvent causer de la léthargie, l’hypotension, tachycardie, des tremblements et la rigidité musculaire, des cauchemars intenses, des pertes de mémoire à court terme, un risque accru de crises et de pancréatite. les personnes qui prennent des antipsychotiques atypiques présentent un risque accru de développer le diabète.
 « Nous croyons qu’une pratique plus rationnelle de la psychiatrie éliminerait l’usage d’une médication si dangereuse. »
agréal, donormyl, théralène, primpéran, noctran, mépronizine, phénérgan, nozinan, vastarel,  antidépresseurs (prozac, norset, cymbalta, déroxat…),…
J’appellerais volontiers les antipsychotiques des “antihumains” dans la mesure ou ils altèrent la possibilité de vivre une vie normale et enrichissante, la capacité de lire, de penser, de se concentrer, d’être créatif, de ressentir et d’avoir une vie sexuelle. Il ne reste pas grand chose aux gens sous antipsychotiques et certains dans cette situation se décrivent comme un zombie ou un légume. Il n’est pas surprenant que ces patients tentent parfois, sans espoir devant eux, de se suicider. On entend souvent que la schizophrénie accroît fortement le risque de suicide mais jamais du niveau de risque suicidaire des schizophrènes qui ont délibérément refusé de prendre des antipsychotiques.
La dysfonction sexuelle est une maladie fréquente chez les patients prenant des médicaments antipsychotiques, avec une prévalence déclarée de 45 à 80% chez les hommes et de 30 à 80% chez les femmes

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire